Entretien avec Dalil Skalli, président de la FRMST

Entretien avec Dalil Skalli, président de la FRMST

6 122

Considéré comme l’un des plus grands événements inscrits dans le calendrier de la Fédération internationale de sambo, ce Mondial est également marqué par l’organisation d’un stage international des arbitres, qui sera sanctionné par un examen dans chaque catégorie. 

Al Bayane : Quels sont les principaux objectifs à atteindre à travers l’organisation de ce Mondial et qu’est-ce que le Maroc va gagner… ?

Dalil Skalli : L’organisation de ce Mondial au Maroc se veut tout d’abord une première en Afrique. On compte sur la communication par le sport au Maroc. Grâce à ce Mondial, on peut contribuer au développement du tourisme national. On compte sur la venue de 500 personnes environ représentant 25 pays qui ne connaissent pas le Maroc, surtout les pays de l’Est qui vont découvrir notre pays comme le Kazakhstan, qui participe avec une cinquante d’athlètes, et l’Ouzbékistan avec 31 athlètes. On table sur la participation des grands masters qui ont été des champions dans tous les continents, des champions mondiaux qui retrouvent le Maroc avec leurs familles et amis qu’ils ont connus depuis 20 voire 30 ans.

Comment l’équipe nationale s’est préparée et qu’est-ce qu’elle compte réaliser face aux géants de ce sport… ?

Le Maroc va participer avec une équipe composée d’une douzaine d’athlètes qui se sont préparés avec les moyens de bord. Les moyens de la Fédération sont limités. On pense qu’on a fait le choix nécessaire des anciens champions du Maroc devenus aujourd’hui des masters. Des champions venant essentiellement des rendez-vous nationaux organisés tout au long de l’année bien qu’ils ne soient pas suffisants pour qu’un athlète marocain puisse tenir bon dans un championnat du monde. N’empêche, on va sortir le grand jeu pour aller jusqu’au bout. On compte faire mieux que les 2 médailles d’argent et de bronze remportées par Mohamed Sami Azennoud et Abdellah Fawzi au dernier Mondial en Grèce (2011). Aujourd’hui, on vise 5 ou 6 médailles, avec de l’or en plus. Mais je pense qu’on va gagner sur d’autres plans en nous mesurant aux géants de ce sport, surtout qu’on est les mieux placés aux échelons arabe et africain.

Un stage international des arbitres est également organisé au Maroc à cette occasion, quel est le plus à ajouter d’après la FRMSTJ… ?

Le Mondial marocain marqué par la présence du président de la Fédération internationale, Vassili Shestakov, sera marqué par la tenue d’un stage international des arbitres. Ce qui constitue une occasion pour nous de faire participer le plus grand nombre d’arbitres marocains, contrairement aux stages organisés à l’extérieur, et où on ne peut déléguer qu’un seul arbitre pour cause du manque des moyens financiers. Nos arbitres auront ainsi beaucoup à profiter de ce stage de haut niveau sur leur sol. 

Pourquoi le choix de Casablanca pour abriter ce Mondial… ?

On a opté pour Casablanca parce qu’on pense à d’autres rendez-vous planétaires que le Maroc pourrait organiser. Le Maroc est candidat à l’organisation du Mondial 2014 et garde ses chances intactes pour honorer sa mission face à de sérieux concurrents comme la Roumanie, le Kazakhastan, l’Italie… Si le Maroc remporte le défi de l’échéance 2014, ce sera le tour des villes de Marrakech ou d’Agadir d’abriter cette manifestation mondiale. 

Le mot de la fin…

On pense qu’en est restés fidèles à nos principes qui sont d’aider à la promotion du sambo au Maroc, en Afrique et à travers le monde. On est tellement fier d’organiser une compétition d’une telle envergure au Maroc. C’est donc pour nous un immense et sincère plaisir de souhaiter à tous les hôtes du Maroc la bienvenue tout en espérant qu’ils gardent un fructueux et agréable souvenir de notre pays. Enfin, on remercie infiniment la fédération internationale d’avoir fait confiance au Maroc pour l’organisation de cet événement tout en remerciant également tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, au succès de ce rendez-vous planétaire, surtout le ministère de tutelle et le CNOM.

Autres articles : "Presse"

Commentaires :

Haut de la page